#CroissanceConnectée : comment les PME peuvent-elles rattraper leur retard numérique ?

#CroissanceConnectée : comment les PME peuvent-elles rattraper leur retard numérique ?

En mars 2016, le gouvernement a saisi le Conseil national du numérique (CNNUm). Objectif : élaborer d’ici octobre 2016 un plan d’action national pour la transition numérique des PME. Le CNNum a présenté les premiers résultats de ses travaux le 27 juillet.

Guide Numerique : transformation digitale PME

Comment aider les petites entreprises à se rendre visibles sur le web et, ainsi, accéder à un marché mondial ? « On ne peut pas dire à un patron de PME qu’il faut en même temps innover, se transformer, réinventer son modèle, sa place dans la chaîne de valeur, s’inscrire dans un écosystème, etc., explique Mounir Mahjoubi, président du CNNum, à Rue 89. Il faut l’inciter en lui expliquant comment il peut mieux vendre, plus et de façon plus efficace. C’est la première étape. »

Dans le cadre de l’élaboration de son plan d’action, le CNNum a rencontré 200 PME et a identifié trois freins obstacles principaux à leur digitalisation : un déficit d’accompagnement (contrairement aux ETI, les PME n’ont pas les moyens de recruter des spécialistes et se retrouvent seules face aux complexités d’Internet), des difficultés pour accéder aux financements et un manque de fluidité des relations entre entreprises.

-> A lire aussi :  Les PME sont conscientes des enjeux du numérique… Mais ne savent pas par où commencer !  

Cinq leviers d’actions à explorer 

Alors, comment aider les PME à « contre-attaquer » ? Dans ses premiers travaux, le CCNum propose cinq pistes prioritaires. La première consiste à créer un réseau d’ambassadeurs du numérique, constitué d’experts qualifiés. Une plateforme de ressources pourrait également aider les PME à profiter de conseils pratiques sur les sujets digitaux.

Une aide financière régionale viendrait appuyer la transformation numérique des petites entreprises tandis qu’une mutualisation des compétences stratégiques (directeur du digital ou « chief digital officer ») permettrait de partager l’expertise – et le coût – de ces profils onéreux. Enfin, dernier point essentiel : le soutien à l’e-internationalisation avec, par exemple des aides financières à l’export.

Prochaine étape pour le CNNum ? Des ateliers de co-construction, organisés tout au long du mois de septembre 2016 avant la remise du plan d’action au gouvernement en octobre.

-> Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site du CNNum, lire le rapport du premier point d’étape de la saisine ou suivre le #CroissanceConnectée. 

-> A lire aussi :  Véronique Torner : «Les PME ne réalisent pas qu’elles peuvent devenir le futur Uber ou Airbnb»

Join the conversation

0 comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *