S’exporter à l’international : comment les nouvelles technologies peuvent vous aider

S’exporter à l’international : comment les nouvelles technologies peuvent vous aider

Le numérique abolit les frontières et permet aux PME de s’offrir une visibilité mondiale à moindre coût. Les petites et moyennes entreprises peuvent élargir leur zone de prospection de manière considérable grâce à leur site Internet et aux réseaux sociaux, mieux collaborer avec le cloud, et utiliser la visioconférence pour manager et négocier à distance. Zoom sur 3 outils qui permettent aux PME de s’exporter plus facilement !

Découvrez ce que le cloud peut apporter à votre PME : téléchargez notre guide gratuit

1. Le web pour rayonner à l’international

Les PME françaises peuvent s’offrir une visibilité internationale sans se ruiner, en mettant en ligne un site web et en créant sur les réseaux sociaux des comptes en plusieurs langues, idéalement, dans toutes les langues officielles des pays concernés, ou au minimum en anglais.

Le simple fait de proposer des contenus en ligne (originaux ou traduits à partir du français) dans le langage de chaque pays prospecté permet de se positionner sur les moteurs de recherche, et ainsi d’accroître les chances de se faire repérer par les clients potentiels. Pour réussir l’opération, il est nécessaire de chercher à comprendre les usages et les spécificités des pays, et de déterminer les réseaux les plus utilisés par les tranches d’âge ciblées.

Les campagnes de marketing digital doivent prendre en compte les différences culturelles tandis que les sites de commerce en ligne doivent comporter des moyens de paiement adaptés et des prix dans les devises locales. C’est indispensable si l’entreprise veut disposer de la crédibilité et de la légitimité nécessaires pour conquérir ces nouveaux marchés.

Comment trouver des clients à l’étranger à partir du référencement web ?

2. Le cloud pour réduire les frais d’implantation

Grâce au cloud computing, les PME peuvent disposer d’un réseau informatique commun pour tous les pays où elles font des affaires, sans avoir à créer un nouveau système d’information ou à déployer un nouvel ERP à chaque fois qu’elles s’implantent localement.

En effet, seul un service informatique suffit pour maintenir un réseau centralisé interne, placé au service des différents marchés. Les données de l’entreprise étant sécurisées, mises à jour en temps réel et rendues accessibles à tous par le prestataire cloud sélectionné, il n’est plus nécessaire d’embaucher du personnel informatique sur place à chaque développement international. Un vrai plus pour des sociétés qui ont des moyens financiers limités !

L’usage du cloud permet par ailleurs de proposer les mêmes outils, les mêmes ressources et le même accès aux données à l’ensemble des collaborateurs (les salariés comme les travailleurs indépendants) qui peuvent effectuer leur mission dans les meilleures conditions. Les équipes internationales gagnent ainsi en rapidité et collaborent plus efficacement.

Croître à l’international avec Microsoft Dynamics NAV et Office 365

3. La visioconférence pour négocier à distance

Plus fiables et moins onéreuses qu’il y a quelques années, les technologies de communication et de visioconférence offrent des possibilités nouvelles aux petites entreprises, à la fois pour gérer leurs collaborateurs internationaux et pour négocier les contrats à distance.

S’il fallait autrefois disposer d’une ligne de haut débit pour avoir des conversations de qualité, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les algorithmes de compression sont désormais capables d’exploiter au mieux les réseaux avec de faibles bandes passantes. Par ailleurs, les outils de visioconférence ont été optimisés pour une utilisation sur les appareils mobiles (PCs portables, smartphones, tablettes), réduisant d’autant les contraintes d’utilisation et de localisation.

Dès lors, il devient possible pour les PME de prospecter et commercer à distance, de réaliser des démonstrations d’affaires et des présentations de produits avec une qualité professionnelle, simplement à l’aide d’un terminal et d’une connexion web.

A lire aussi : «Les PME ne réalisent pas qu’elles peuvent devenir le futur Uber ou Airbnb»

Join the conversation

0 comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *